verdeckt

Ariane Koch

mise en scène: Olivier Keller

« Avez-vous jamais croisé
une vie logique
Pourquoi donc en chercher le fil
précisément dans la mienne »

On peut creuser aussi profondément que l’on veut, la vérité ultime à propos de Verena Lehner, «l’empoisonneuse de Suhr» - paysanne, mère, cartomancienne, qui accueille des pensionnaires âgés et malades -, restera enfouie à jamais. Pourtant, la recherche poético-documentaire dans laquelle se lance le Theater Marie aux côtés de l’auteure suisse Ariane Koch arrive peut-être mieux à cerner Verena Lehner (ou ce qu’elle représenterait aujourd’hui) qu’une biographie factuelle ne le ferait.

On sait en tous cas qu’elle est née « 1862 ans après que Marie a expulsé le petit Jésus de son ventre ». Elle a eu une abondante fratrie, et encore davantage d’enfants, et, à partir d’un certain moment, peut-être trop d’argent pour une femme de sa condition. Dans un procès spectaculaire où elle était jugée pour un double empoisonnement à la mort-aux-rats, elle fut condamnée à perpétuité - 14 ans de pénitencier, puis la détention administrative dans un asile psychiatrique, où elle est morte en 1945. Sa culpabilité n’a jamais été établie, ni à l’époque, ni aujourd’hui. Verena Lehner, elle, n’a jamais cessé de proclamer son innocence : elle n’y était pour rien, disait-elle, si de l’arsenic a été trouvé dans le sang de ses pensionnaires.

Les deux artistes excellent dans l’exercice de corde raide que représente le récit de ce destin sombre, mais non atypique de notre point de vue d’aujourd’hui. Elles le jouent, le font revivre, et l’examinent d’un œil critique avec une telle maîtrise qu’en dépit du sujet accablant, elles arrivent par moments à nous faire rire. Avec les mots d’Ariane Koch, Verena Lehner a sa façon toute particulière d’évoquer les conditions de vie paysanne, patriarcale, morne, qui étaient les siennes. Elle semble y voir plus clair que son entourage, et chacun voudrait se faire lire les cartes par elle. Son tort a peut-être été de lire trop de choses dans les cartes de ses prochains. Et il ne s’est trouvé pratiquement personne pour la défendre lorsqu’elle se retrouva au banc des accusés.

Le recours parcimonieux au jeu du thérémine, ainsi que la scénographique enjouée, mais d’un dépouillement séduisant, soulignent le caractère en pointillé de la soirée, où on a l’impression de sans cesse reculer pour mieux sauter.  

La variante du streaming mise au point comme un pis-aller mérite une mention particulière. L’équipe et les acteurs ont fait preuve d’un flair particulier pour basculer en un minimum de temps du jeu de scène en mode écran, et pour proposer une version pour la caméra d’une performance à la fois décontractée et puriste. Ainsi a vu le jour un spectacle en ligne vif, enlevé, sans prétention, extrêmement divertissant – un vrai nouveau souffle, qui se distingue favorablement de beaucoup de tentatives faites dans ce sens.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   

Texte
Ariane Koch, inspirée de „Giftmord“ de Kurt Badertscher (2018) et „Die Wahrsagerin“ de Rösy von Känel (1930)

Mise en scène
Olivier Keller

Avec
Nadine Schwitter, Sandra Utzinger, Daniel Steiner

Musique
Daniel Steiner

Costumes
Myriam Casanova

Scénographie / Vidéo
Andreas Bächli

Médiation
Rebecca Etter

Dramaturgie
Patric Bachmann

Podcast
Pascal Nater (Kanal K)

Production
Theater Marie

Coproduction
Bühne Aarau, ThiK Theater im Kornhaus Baden

08.05—19h30
En allemand
surtitres français
durée 45 MIN