Les Luttes intestines

mise en scène: Adrien Barazzone

Dans « Les Luttes intestines », Adrien Barazzone propose une révolution fécale.  En effet, ce metteur en scène genevois de 34 ans est sidéré d’avoir découvert que nos intestins abritaient des milliards de bactéries baptisées microbiote. Et que ce microbiote joue un rôle important dans nos décisions a priori réfléchies. Alors il trousse un spectacle insolent où tout est dit et montré, sur le mode de la causerie explosée. C’est drôle, pertinent dans son impertinence et complètement désossé théâtralement – la tempête de la première partie est suivie d’un long flottement, dans un second temps. Ce travail a un vrai mérite: être aussi décomplexé que le sujet abordé.

Que voit-on dans ces «Luttes»? Un plateau TV surmonté d’un immense étron sous lequel des scientifiques débattent de la complexité de nos entrailles. Parmi les invités,  une artiste intrépide se livre à une transplantation fécale par voies nasales. Oui, vous avez bien lu: la performeuse ingère par le nez des selles réduites en velouté afin de découvrir l’altérité par un canal peu usité. En face, une gastroentérologue enrage qu’on puisse ainsi détourner un procédé médical tandis que les autres intervenants donnent leurs lumières sur les viscères. Au milieu, une animatrice allumée transforme ce ping pong verbal en un feu d’artifice insensé. Melanie Foulon, David Gobet, Marion Duval, Safi Martin Yé et Marius Schaffter sont tous excellents dans ce délire organisé.

On n’est pas surpris de rire aux spectacles d’Adrien Barazzone. Initié à la scène au Théâtre du Loup, un lieu genevois qui s’est fait un nom à travers ses spectacles vivants, insolents et musicaux, le trentenaire aime la satire sociale et la dérision. En 2014, il a créé «Sauna» qui raconte comment des spécialistes de l’environnement se retrouvent à un congrès et commencent à détester la nature parce qu’ils se perdent en forêt. Puis, le comédien a imaginé avec deux collègues issues, comme lui, de la Haute école de Théâtre de Suisse romande, «Tu nous entends?», une balade rock et déglinguée sur les idoles mortes à 27 ans. Chaque fois, des performances d’acteur et un goût pour l’absurde très prononcé. Adrien Barazzone? L’art du salé-secoué.

(Marie Pierre Genecand)

Conception et mise en scène
Adrien Barazzone

Avec
Mélanie Foulon, David Gobet, Esperanza López, Safi Martin Yé, Marius Schaffter

Assistante à la mise en scène
Barbara Schlittler

Scénographie
Gregory Brunisholz, Anaïde Davoudlarian

Costumes
Maria Muscalu

Son
Jérémie Conne

Lumières
Benoît Théron

Administration
Christèle Fürbringer

Production
L’Homme de dos

Coproduction
Théâtre du Loup

Spectacle créé le 29 avril 2017 au Théâtre du Loup, Genève

27.05—18h30
En français
surtitres allemand
durée 1h40'